boeing-air-france.jpg

De Sciences Po Strasbourg Consulting à Air France

L'expérience de la Junior-Entreprise est souvent formatrice pour les étudiants, mais c'est aussi un atout très intéressant pour commencer sa vie professionnelle. La preuve avec un retour sur le brillant parcours de Jéromine Adler, présidente de Sciences Po Strasbourg Consulting de 2014 à 2015.



« Lorsque j’ai postulé pour SPSC, je rentrai à peine de 3A, et l’envie de repartir aussitôt après avoir mis un pied dans l’aéroport Charles de Gaulle était quand même plus forte que celle de revenir à Strasbourg. Alors je me suis dit que, quitte à revenir en France pour au moins deux ans, c’était peut-être l’occasion de faire quelque chose pour la suite, au-delà des cours. 

Je n’avais absolument aucune idée de ce qu’était une Junior-Entreprise. Arrivée aux formations, je me suis dit que j’avais carrément sous-estimé ce qui m’attendait. Ça a été un boulot à plein temps mais surtout une belle aventure collective et un challenge permanent. C’est vraiment un super sentiment de faire fonctionner une Junior parce qu’on ne le doit qu’à nous. Alors il y a des moments où on aurait envie de s’entretuer mais c’est largement surpassé par les réussites et les liens noués avec les autres membres dont beaucoup sont devenus des amis. 

Aucun regret donc d’avoir décidé d’envoyer ma candidature à SPSC, et même une certaine gratitude. 

Suite à ma 4A, je suis partie en mutualisation à Lille faire un master en développement économique. Avec des cours concentrés sur 4 mois, j’ai vite dû commencer ma recherche de stage. C’est là que je me suis rendue compte qu’une ligne « Junior-Entreprise » sur le CV interpellait pas mal. Souvent, les recruteurs ont entendu parler de ces associations mais ne savent pas trop ce qu’elles font, ou alors de façon très floue.

Ils aiment beaucoup le fait qu’on ait pris l’initiative de faire quelque chose en plus de nos études. On a un esprit très pratique après une année passée en Junior et on développe une vraie sensibilité « start-up ». C’est, je pense, ce qui a joué en ma faveur lors de certains entretiens, et notamment lors de celui passé au département export de Bpi france, chez qui j’ai effectué mon stage. Je me suis occupée de l’organisation de 3 projets destinés à faciliter l’implantation à l’étranger d’entreprises françaises.

L’avantage de cette expérience associative, c’est que, sans que l’on s’en rende vraiment compte, on développe des capacités qui servent réellement dans le monde professionnel, comme l’esprit d’entreprendre, le goût du challenge et le relationnel client.

Ce sont des aspects que j’ai vraiment appréciés, raison pour laquelle j’ai décidé de débuter cette année un 2nd master spécialisé en conseil en organisation à Dauphine. Je suis donc actuellement en apprentissage à la Direction Économie et Finance d’Air France. Je découvre cette fois-ci le côté « interne » du conseil en entreprise ».